Benoît Digard, la passion de la terre !

03/10/2013 - 08:00

Ingénieur agronome et coordinateur technique de l’association « CAP VERT », Benoît Digard est avant tout un passionné de la terre. Sa mission ? Agir pour conserver la biodiversité cultivée corse et notamment, toutes les espèces cultivées en voie de disparition.


Benoît Digard, la passion de la terre !
Le rôle de Benoît Digard est de régénérer les espèces, de produire de la semence afin d’assurer leur pérennité pour pouvoir ensuite la diffuser partout, même si pour le moment, la diffusion se fait uniquement de manière insulaire.
Pour ces anciennes variétés, il s’agit donc de les conserver, les caractériser, les diffuser et essayer de tirer leur intérêt en agronomie.

ll intervient également en matière d’expérimentation en agroécologie. « On essaye de se rapprocher au maximum des ressources locales et d’avoir quand même une culture rentable et productive qui permette de vivre et de produire sainement sans dégrader localement ».

Par exemple, la gestion de l’enherbement est ici très particulière car on débroussaille très peu. « On fait un vrai désherbage sélectif et on considère vraiment le sol et la vie qui va dans le sol, comme une multicouche dont fait partie l’enherbement, essentiel pour la régulation de toute cette biodiversité, aussi bien pour les insectes qui sont nos amis, mais aussi pour conserver toute notre matière organique qui s’accumule dans le sol et ne pas la perdre par l’érosion des sols ».
« On part vraiment du principe qu’un sol mis à nue est un sol mort aujourd’hui et pas un sol qui évolue vers le vivant ».

Ainsi, l’association teste différents paillages organiques et essaye différentes techniques, comme la technique BRF* ou encore locales comme celle avec des résidus de presse d’olives.
« Toutes ces ressources locales qu’on a en grande quantité et qui sont des potentiels fertilisants pour améliorer notre production, on essaye et puis on avance comme ça doucement. On a une centaine de variétés de fruitiers et en légumes cultivés, on a à peu près 70 variétés qu’on essaye de régénérer un maximum. Sur les légumes, on y arrive. » Aujourd’hui, il lance une campagne sur les fruitiers, sur la production de porte-greffe, ou la multiplication par bouturage. « On teste un peu toutes les techniques pour nous permettre à terme de pouvoir diffuser tout ce matériel précieux. »

Agir pour une culture 100 % bio, qui réponde aux besoins de l’Homme tout en préservant son environnement, voilà un bien beau travail !

* Technique BRF : Technique innovante importée du Canada qui consiste, par l’introduction de broyat – résidus de broyage de rameaux de bois - dans la couche supérieure du sol ou en paillis, à recréer un sol très fertile, aéré et riche en micro-organismes.