Boris, du jardinage à la rénovation de patrimoine !

17/10/2013 - 08:00

Depuis le mois de mars, Boris Dukic travaille et se forme sur le chantier d’insertion de rénovation de l’église Saint-Erasme.
Portrait.


Boris, du jardinage à la rénovation de patrimoine !
S’il a eu plusieurs emplois depuis qu’il a commencé à travailler, c’est surtout son expérience de jardinier que Boris met en avant. Un métier de plein air, exigeant, qu’il exerce durant une dizaine d’années avant qu’un grave problème de santé ne l’oblige à s’arrêter pendant plusieurs mois. A la sortie, plus de travail et la galère du chômage…

En ce début d’année, en se rendant au garage associatif de la FALEPA, il rencontre Patrice Pellegrin, le directeur, qui lui parle du chantier d’insertion mis en place pour la rénovation de l’église Saint-Erasme.
A 36 ans, Boris n’a pas peur de ce nouveau challenge et au contraire, il considère que c’est l'opportunité de se former à un nouveau métier, « Maçon du bâti ancien » dans le cadre d'un contrat unique d'insertion de 6 mois renouvelable une fois. Ainsi depuis mars dernier, il travaille de 7h à 14h sur le chantier de l’église, sauf le jeudi où il se forme avec ses collègues, sur un mur qu’ils construisent avec des pierres traditionnelles corses dans le quartier de Saint Jean.
Pour cet ajaccien, « c’est intéressant de travailler sur du patrimoine, sur des vieilles pierres. Et en plus, si je suis amené à retravailler dans les jardins, je pourrais comme ça aussi intervenir sur des murs, murets et bâtis anciens traditionnels ! ».

Sur le chantier, l’ambiance est très bonne pour Boris, car « chacun apporte ses connaissances et son expérience. Il y a une bonne entraide. En plus, on est bien dirigé.»
Et si on lui parle de Peter Przybill, le formateur du chantier qui les encadre : « Il nous apporte beaucoup. On voit qu’il s’y connaît énormément ! ». Cela force le respect.
« Il nous apprend à travailler sur la charpente, à faire du mortier en fonction de la température extérieure (et oui, ce n’est pas pareil l’été que l’hiver !), à appliquer les enduits à la chaux, à monter des murs en granit, etc. ». Sûr, en quelques mois, l’expérience acquise est déjà importante !

Et après le chantier ? « Je vais chercher à travailler pour une entreprise dans un premier temps et après, on verra » répond-il « pour l’instant, je suis concentré sur mon travail et l'expérience à acquérir ! ».